Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Sélectionner une page

Thierry Alonso Gravleur

Peintre et sculpteur français

Thierry Alonso, dit Gravleur, est peintre né en 1966 à Paris, fils du peintre Angel Alonso. Il vit en Eure-et-Loir depuis 1995, près de Chartres, où se trouve son atelier.

 

Figure de Terre - Bronze et marbre
Figure de Terre - Bronze et marbre
Figure de Terre - Bronze et marbre

Gravleur arrête ses études en 1983. De 1983 à 1986, il travaille comme assistant avec son père, le peintre Angel Alonso puis apprend la gravure sur cuivre auprès du maître chilien Enrique Zanartu.

En 1986, Gravleur fonde avec son frère Jean-Jacques Alonso,  » La Laurencie éditeur « . Il entreprend des travaux et des recherches sur la typographie, l’imprimerie et le livre. Il participe à la réalisation d’une dizaine de livres bibliophiliques et collabore avec des écrivains et poètes, dont Cioran1.

L’entreprise fraternelle tombe à l’eau, en 1987. Gravleur met au point à cette période une technique typographique dite «bougeotte de plomb» qu’il emploie dans ses œuvres typographiques de la série dite « Bougeotte ».

Il se consacre dès lors exclusivement à la peinture sous le pseudonyme de « Gravleur » ( Graveur-Gravleur ?).

L’écrivain Nick Tosches, déclare que Thierry Gravleur est « capable de saisir un visage comme personne depuis Rembrandt, et de s’emparer d’une âme comme personne depuis Hieronymus Bosch ».

En 2006, séduit par son travail, l’acteur Johnny Depp se lie d’amitié avec le peintre et lui fait exposer des toiles à Los Angeles, à la Trigg Ison Gallery qui lui consacre par deux fois une exposition.

Un court métrage est réalisé par Richard Carrol pour l’exposition, exportant un peu de Beauce et de nuages grisonnants dans le paysage artistique de Los Angeles5.

En 2009, les Éditions Somogy publient Never Trust A Loving God, ouvrage associant les toiles et dessins du peintre avec les mots de l’écrivain Nick Tosches