BIOGRAPHIE
ŒUVRES DISPONIBLES
ACCUEIL

PAUL-CLÉMENT DAMBIER

né en 1995

 

 Une formation classique

 

À 18 ans Paul-Clément Dambier rentre en apprentissage auprès du Conservateur de Musée Jean-Pierre Michel. Il s’exerce et se forme à la discipline du métier classique de la peinture, ce qui le conduit tout naturellement à la sculpture, où la forme très élaborée et signifiante se trouve modifiée et enrichie sans cesse par le dessin : un échange entre le sens et son expression qui permet à l’œuvre de se déployer et de se poursuivre toujours légitimement.

Cet apprentissage strict lui permet de préparer ses toiles, d’élaborer à sa convenance ses médiums picturaux (broyage des pigments, mélange des huiles, etc.), de plus il tient à exécuter lui-même le montage et l’encadrement de ses œuvres, selon les normes de conservation muséales, dans la tradition du métier classique, et selon son propre goût. De l’exigence de cette formation classique naissent des oeuvres d’un modernisme légitime où la Technique est une syntaxe permettant au peintre de s’exprimer et de créer son langage.

Les doutes des Hommes, L’Art Sacré

Sacré :  du grec ancien ” ἱερός, hieró, apparenté à ἰάομαι, iáomai « guérir »

 

Paul-Clément Dambier interroge, suit les grands thèmes traditionnels de la peinture occidentale. Après une série d’autoportraits, naîtra un Saint-Sébastien, presque aussitôt suivi par une Vierge à l’Enfant, et un Christ issu de la glaise : terrassé,  il gît  le visage contre terre, sa couronne d’épines dorée à la feuille. Ces thêmes de la spiritualité occidentale illustrent les doutes des Hommes et l’ouvre à l’Antique, La Mésopotamie, et la Grèce.

 

Paul-Clément Neumann - Vierge à l'Enfant - Pastel - 50 x 37, 5 cm

Animal

Nom : du Latin anima (« Air, soufle, âme »)

 

En 2018 après s’être imprégné d’Art égyptien au Musée du Caire, il réalise une série de sculptures animalières, à l’image des oeuvres égyptiennes dont la grande spiritualité antique interroge l’âme des ” bêtes ” et la Nature, niées et désacralisées par les sociétés modernes.

Il sculpte la vache, bienveillante et nourricière, autrefois divinisée, rabaissée aujourd’hui au rang de créature servile, exploitée par l’industrie agro-alimentaire.

Il poursuit le thème de la souffrance des bêtes en dessinant les animaux recueillis par Brigitte Bardot dans son « arche » moderne à Saint-Tropez. Il y dessine le « Cheval de Turin » une vieille jument au dos creusée, sauvée de l’abattoir par Brigitte Bardot. Le titre évoque l’épisode décisif de la vie du philosophe allemand Friedrich Nietzsche qui, alors que son cocher maltraite le cheval d’attelage, dans un élan de compassion, arrête la voiture et descend enlacer l’animal en sanglotant. Deux jours plus tard, traumatisé par cet événement, Nietzsche sombrera dans la démence. L’artiste partage cette sensibilité et cette conscience de la souffrance des bêtes.

 

Mêlant à nouveau différentes inspirations entre Antiquité, cause animale et littérature, il sculpte un guépard, hommage à l’oeuvre éponyme de l’écrivain italien Giusepe Tomasi di Lampedusa : race menacée au crépuscule d’un monde, lui aussi disparu.

Les Fleurs Muettes

 

Au printemps 2020, émerveillé par la richesse inépuisable de la nature, ses couleurs et ses saisons, il réalise pendant le confinement, une série d’oeuvres sur papier où se mêlent glycines et citronniers en fleurs. Il comprend peu à peu qu’en peinture comme dans la nature, la couleur doit être une éclosion, une naissance, un fruit qui doit mûrir.

Il conjugue ces différents sujets qu’il entremêle dans de grandes peintures où Nature, Bêtes et Hommes se réconcilient.

Créé par Jean-Pierre MichelTousAzimuts Art et Joaillerie  allie l'exigence de la Haute Joaillerie Française et la Création artistique contemporaine.

Tous Azimuts : "... dans toutes les directions, de tous les côtés, par tous les moyens..."